• Cyriane

Trimbach - Space Mountain dans les vignes

Alsace ; Ribeauvillé.


Après un réveil aux aurores et 3h de route, c’est un changement de paysage radical qui m’attendait !

Adieu vignes bourguignonnes, Epoisses, Brillat-Savarin, escargots en persillade et bonjour maisons à colombages, champs de choux à choucroute, vignes alsaciennes et Munster… (nous ne sommes quand même pas malheureux) !

Le pire dans tout cela, c’est que je suis arrivée À L’HEURE ! 10h30 pétante.


J’ai eu la chance de faire la visite en compagnie d’Antoine, le bras droit de la famille Trimbach.

Oui, parce qu’avant de vous parler vinif', vin, amour et eau fraîche, je dois vous dire que la maison Trimbach tient entre ses murs l’une des plus anciennes familles vigneronnes de France.


THIRTEEN F****** GENERATIONS

DREIZEHN H*** Generationen

(13 générations : ça faisait plus stylé en anglais ou en allemand !)



Cette famille veille sur leurs 53 ha de vignes dès leur plus jeune âge.

Il faut dire, si la maison Trimbach a une partie négoce réservé à l’export, ils se gardent précieusement certains « bijoux » du terroir alsacien.


Alors allons les voir : HOP en voiture !


Première étape devant le magnifique clos Sainte-Hune qui doit son nom à une sainte qui aurait transformé l’eau en vin (ça promet) sur le grand cru « Rosacker ».

Étendu sur 1,67 ha d’un terroir de calcaire coquillé (le « Muschelkalk » - à tes souhaits), le clos est uniquement propriété des Trimbach ! Et pas question de partager.



Hop !


C’est reparti pour zieuter les « Kirchberg », « Geisberg » ou « Osterberg » aux noms définitivement imprononçables.

Passé le space-mountain dans les vignes (merci Antoine pour ta conduite en voiture), nous arrivons à la dernière étape du périple à savoir LE terroir de LA cuvée emblématique : Frédéric Emile !

À l’époque où la notion de grand cru n’existait pas, la famille décida de créer une cuvée à partir du terroir qui se trouve juste derrière le chai et qui s’avère très (très, très) qualitatif.





En 1975, le cadastre délimite deux grands crus séparant en deux les parcelles qui composent « Frédéric Emile ».

« Pas question de séparer une équipe qui gagne ! »

En résumé, FE est aujourd’hui à cheval sur deux terroirs de grand cru mais n’en est pas un lui-même…


Retour ensuite dans les caves où sont vinifiés, élevés, stockés, mis en bouteilles les précieux breuvages.

Dans ces caves, il y a une partie cuve inox assez grande pour la mise au point de leur partie achat de raisin, et une partie plus ancestrale, presque secrète, avec de très vieux foudres pour leurs cuvées prestigieuses.





Clairement, nous devons à ce type de maison le rayonnement en France et à l’international des vins d’Alsace !

Quoi de mieux pour comprendre le travail accompli que de déguster de vieux vins ? Pourquoi pas un 1990, un 1983 ou un 1971 ?

Ça vous fait rêver n’est-ce pas ?



Pas de panique, c’est parti pour la dégustation :


AOC Alsace Riesling - Réserve 2017 👍

Contrairement à certaines idées reçues, le riesling ne « pétrole » pas toujours. C’est le cas pour celui-ci, très floral et parfumé. La texture est franche, simple, presque une peu saline avec de jolies notes d’écorce d’orange.

À boire avec des huîtres !


AOC Alsace Riesling - Sélection de Vieilles Vignes 2016

On retrouve la délicatesse des vieilles vignes tant dans les arômes de pamplemousse rose, d’abricot jeune que dans la texture qui commence tout en légereté puis monte crescendo en puissance.

Une belle acidité et une finale légère.


AOC Alsace Grand Cru « Geisberg » Riesling 2013

Vous voyez lorsque vous saupoudrez de sucre un pamplemousse ? Et bien c’est ce que j’ai senti ! Des notes de citron et quelques notes « pétrolées » l'accompagnent. La texture est vive, très tendue pour un 2013 et se termine sur une très jolie acidité.


AOC Alsace Riesling - Frédéric Emile 2011

Des notes de jus de citron, de fumé et « pétrolées » viennent en force jusqu’à nos narines (sans leur déplaire) !

Si la texture est légère au départ, elle devient explosive ! L’acidité est puissante, vive et tranchante.


AOC Alsace Riesling - Clos Sainte-Hune 2014

Patience les amis, ce millésime sera à la vente en octobre !

Le nez est très flatteur, avec ses notes « pétrolées », de bergamote et de menthe. La bouche fait contraste et sa vivacité est surprenante !


AOC Alsace Riesling 1990 👍

Rien qu’à voir la couleur, vous en serez déjà amoureux : une robe dorée absolument magnifique !

On sent des notes de pain toasté et de prune confite : ZÉRO marque d’oxydation.

La bouche est magnifique, fraîche, tendue, « jeune ». Un vrai moment d’émotion.


AOC Alsace Riesling - Clos Sainte-Hune 1983 👍

Les notes qui s’en dégagent sont presque sucrées, confites et fumées. De quoi tomber par terre au premier reniflement !

L’attaque est suave, puis devient de plus en plus tendue et complexe. Des notes tourbées et de jasmin apportent une intensité supplémentaire. Il porte très bien ses 36 ans !


AOC Alsace Gewurztraminer VT - Réserve personnelle 1971 ❤️

Stratosphérique…

La couleur déjà : dorée à souhait ! Puis les arômes de rose, de tonka, de pralin, de pain toasté… à tomber !

Il y a une belle amertume, une légère sucrosité s’apparentant plus à une texture suave, des notes d’épices et une finale avec beaucoup de vivacité.

À déguster avec un cigare ou une poêlée de potimarron aux truffes.


Écrit par Cyriane, avec amour.



#bougebouteille #alsace #trimbach #terroir #famille #blogvin #dégustation

Qui m'aime me suive :

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Faites-moi un coucou :

  • Lien facebook
  • Lien instagram
  • Lien Youtube