• Cyriane

Domaine Tripoz - Le crémant du bonheur


Bourgogne ; Loché.

Au sud de la Bourgogne, dans le petit village de Loché, qui aurait cru tomber sur une bulle ?


Un crémant ? Je dis non : un GRAND crémant.

Un coup de cœur pur et dur puisqu’une fois goûté, je n’ai plus pu m’en dépêtrer !



L’entrée du domaine ne paye pas de mine et comme quoi, bien fou celui qui se fie aux apparences. En compagnie du chat venu se prélasser sur mes guiboles à l’odeur du bon vin, me voilà à écouter attentivement l’histoire du domaine.



Et devinez quoi ? Elle est extra !

Laurent et Céline sont nés, ont grandi et se sont mariés dans le village. Un couple 100% local en somme !

Laurent s’était orienté vers l’ébénisterie et Céline dans les études de sciences humaines. Vu comme ça, on ne comprend pas bien le lien avec les vignes.


Pourtant…


Les parents de Laurent avaient ouvert le chemin.

Fermiers « métayers » (c’est-à-dire qu’ils avaient plus ou moins à disposition la ferme et les outils d’un propriétaire), ils cultivaient un peu de vignes en plus de leurs travaux d’agriculteurs.

Il a donc grandi tel une bonne grappe de chardonnay : au milieu des champs, sous le soleil de Bourgogne.



En 1986, c’est son tour. Son voisin lui donne un petit coup de pouce en lui proposant un contrat de métayage sur 1,5 ha de vigne. Le deal : il cultive la vigne et en échange il perçoit la moitié des revenus de la parcelle.

C’est un début mais encore aujourd’hui, avec la moitié de 1,5 ha, vous n’allez pas très loin (sauf si vous vous appelez Romanée-Conti).

Le voilà à la recherche d'une solution plus « viable ».


Après avoir refusé de travailler avec la cave coopérative du coin (ce qui était franchement culotté), il décide que la meilleure solution : c'est lui (et Céline of course)!

Il se lance à son compte, loue des parcelles nues et plante.


Non seulement il a planté lui-même mais en plus (tenez-vous bien) il monte sa propre pépinière.

Un travail TITANESQUE de greffage de plants, de culture et de plantation.

En langage sudiste, on appellerait ça un « barjot » mais au vu des résultats, on la boucle et on s’incline.



En 2006, vingt ans après le coup de pouce du voisin, le domaine fonctionne bien ! Le couple apprend sur le tas, millésime après millésime, sans sourciller.

Mais… Il y a un mais.

L’agriculture conventionnelle s’avère très limite et les produits chimiques n’ont déjà plus bonne presse.

Laurent avait goûté un vin en biodynamie quelques années auparavant et s’était immédiatement dit : « c’est ça que je veux faire ».


Un simple choix impliquant (encore) beaucoup de travail…


Comme si la labellisation « Déméter » (biodynamie) ne suffisait pas, il décide d'aller même encore plus loin pour son crémant.

Sachant que le gaz protège le vin au même titre que les sulfites, il décide avec Céline de le travailler en « nature », c’est-à-dire de n’ajouter aucun intrant !

Dans cette même idée, ils bannissent l’élevage en fût pour un résultat plus vrai, plus pur et plus droit.



Céline et Laurent sont deux machines de guerre du travail (j’ai pu voir Céline sur un transpalette, je peux vous dire que ça fonce) et ça se sent !

Dans tous les vins dégustés, il y a une patte et une sensibilité.


Je ne vous cache pas que mon coup de cœur absolu (et je pense que vous l’avez compris dès le départ) est pour le crémant nature.


Je ne suis pas une grande adepte de ce type de vin habituellement : les déviances ne font pas de cadeaux quand le vigneron n’est pas à 100% au point.

Là, impossible de ne pas être conquis ! (Oui c’est un défi !)

La bulle et la texture font un mariage d’enfer, alliant légèreté et complexité.


Quoi ? J’entends équilibre au fond de la salle ?

Oui c’est ça !

C’est tout à fait le mot que je cherchais !


Je suis sensiblement et irrésistiblement tombée sous le charme !



C’est parti pour...


La dégustation :

VDF mousseux - Fleur d'Aligoté 2016

Une excellente surprise pour un cépage très décrié. De belles notes de poire et de cumin titillent nos narines tendit qu'une bulle vive donne un coup de peps à la bouche.

La finale se fait plus souple et ample et prend des arômes de noisette et de citron.


AOC Crémant de Bourgogne - Prestige 2014

Avec sa vinification en fût et ses 8 mois sur lattes, cette cuvée joue la carte de la complexité ! La bulle est fine, dense et s'associe à une très belle acidité. Les arômes de beurre et d'amande apportent une touche finale des plus agréables !


AOC Bourgogne - Aligoté 2017 👍

La première impression est qu'une farandole d'agrumes vient vous exploser au nez : citron, orange, et fleur d'oranger ! La bouche garde ces mêmes arômes et présente une attaque fraîche et souple. Simple et efficace : on en redemande !


AOC Mâcon-Loché - Cuvée du Clocher 2017 👍

Une belle surprise entre le fruité du pamplemousse et un petit côté fumé. La texture est vive, fraîche, tendue et laisse percevoir une pointe d'amertume.


AOC Mâcon-Vinzelles - Les Morandes 2017

On retrouve le côté fumé du précédent mais plus en légèreté. La bouche est vive avec une pointe de gras et de souplesse. On retrouve une jolie note de bâton de vanille en finale !


AOC Bourgogne 2015

Le nez surprenant de poivron vert et d'herbes aromatiques tranche avec l'intensité et le côté épicé que l'on perçoit en bouche. Assez souple, il n'est pas lourd et laisse un goût de trop peu.


AOC Pouilly-Loché - 1ère Réserve 2016 👍

Une complexité incroyable à déconcerter tout bon sommelier prêt à y découvrir tous les arômes qui s'y trouvent ! Pour ma part : de la citronnelle, du citron, de la cire d'abeille et de la vanille. Une belle acidité et un côté acidulé rendent la bouche très (vraiment très) agréable !


AOC Mâcon-Serrières 2017 👍

Un 100% gamay en macération carbonique au coeur de la « Bourgogne traditionnelle », c'est bien une surprise ! Le nez sublime de fleurs séchées et de fruit ferait mentir tous ceux qui pensent que le gamay est un cépage bas de gamme ! Un vin qui se boit tout seul, aux tanins légers et souples et une finale presque beurrée !


AOC Mâcon - Les Perrières 2017

Toujours un 100% gamay, on retrouve au nez de la framboise et du raisin cuit. Au départ, l'attaque est vive puis devient plus souple, presque grasse. Les tanins sont légers et fruités.


AOC Bourgogne - Chant de la Tour 2017

Retour du pinot noir ! D'abord un peu fermé, il ne lui aura fallu que quelques secondes d'aération pour s'ouvrir et dégager de belles notes de fraise, de sarment de vigne et de poivre. Si les tanins sont assez marqués et très intenses en attaque, ils se font plus fondus et souples en finale. Après l'avoir goûté, il vous restera un souvenir de fruits noirs et de cassis à tomber !


Écrit par Cyriane, avec amour.


#bougebouteille #blog #blogvin #vin #vinblanc #vinrouge #wine #whitewine #redwine #bourgogne #burgundy #vivelavie #degustation #tasting #winery #vignoble #vigneron #winemaker #winecellars #caves

Qui m'aime me suive :

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Faites-moi un coucou :

  • Lien facebook
  • Lien instagram
  • Lien Youtube