• Cyriane

Domaine Rostaing

Mis à jour : 28 juil. 2019


Vallée du Rhône ; Ampuis.



Si lorsque l'on prononce le nom de « la Landonne », vous captez illico qu'il s'agit de l'une des parcelles les plus prestigieuses de la Côte-Rôtie, il est possible que vous l'associez à la maison Guigal.


Ce géant de la commercialisation des vins de la vallée du Rhône (6 millions de bouteilles produites) partage pourtant ce beau gâteau avec d'autres talentueux vignerons !

Ces mêmes vignerons qui nous font tomber de notre chaise lorsqu'ils nous font déguster une de leurs bouteilles.


C'est le cas pour le domaine Pierre Rostaing.


Si en général les vignerons gardent le nom du plus ancien propriétaire car cela est plus vendeur, ici c'est la jeunesse et le dynamisme qui sont de mise.

Pierre n'est donc pas le prénom du lointain aïeul, cousin de tata Ilda, mais bien la plus jeune branche du domaine ayant pris sa tête en 2014.



Dans la famille Rostaing, après le fils, je demande le père : René !


Celui-là même qui m'a reçue et m'a faite découvrir ce domaine qu'il a géré pendant pas moins de 44 millésimes.

Ancien de la faculté de droit, c'est lui qui réunira les vignes de son père et celles de son épouse.

Bien que la famille Rostaing habite la région « depuis la nuit des temps », ce ne sera que grâce à son impulsion que le domaine familial passera de 3 à 10 ha.


Mais ici on ne parle pas vraiment en hectares : plutôt en parcelles. Les 27 parcelles qui composent son domaine sont autant d'enfants qu'il faut traiter individuellement ou collectivement selon les personnalités de chacune.

Ces parcelles viennent souvent de grands terroirs tel que la Côte Blonde, la Landonne ou la Bonnette.



Certaines sont donc vinifiées séparément et d'autres ensemble dans de grandes cuves un peu particulières.

Elles sont similaires à des cuves inox classiques au détail près qu'elles sont « couchées » et qu'elles pivotent sur elles-mêmes. Cette rotation permet de mettre en contact le jus et la peau des raisins lors de la macération des vins rouges.

En terme technique, il s'agit du « pigeage » qui est habituellement réalisé à la force des bras du vigneron.



Au sous-sol, c'est le Graal : la cave. Mais avant d'y entrer... Suspens.


Passage obligé devant la photo du grand-père, le « précurseur » : l'un des premiers vignerons à avoir mis son propre vin en bouteille, plutôt que de vendre sa production à une cave coopérative.


Arrivée (enfin) dans la cave, on s’aperçoit vite à la couleur des tonneaux que l'élevage est réservé aux vins rouges : des élevages longs et délicats (de 15 à 22 mois) dans de gros fûts de 600 L ou des « pièces » bourguignonnes de 228 L.


Ces pièces bourguignonnes ne viennent d’ailleurs pas de nulle part puisqu'il les achète à un petit domaine dont le nom vous dira peut-être quelque chose : la Romanée-Conti.

Ces fûts ont déjà deux ans au moment de les acquérir, ce qui évite d'avoir trop de fûts neufs donc trop de goût de « bois » dans ses vins.


Et pour les blancs alors ? La réponse arrive rapidement : « Toute la finesse, l’élégance et la singularité ne se maquille pas par du fût ! ».

Les blancs sont vinifiés et élevés dans des cuves inox afin de garder toute la fraîcheur de leur caractère.



Une fois revenue des effluves de la cave, direction la dégustation !


Un moment d'exception où j'ai eu la chance de découvrir la fameuse parcelle la Landonne, sur le grand millésime (caniculaire) de 2009.

En 2009, j'étais lycéenne et ce vin n'était qu'au stade de raisin : deux gros bébés. À croire que le temps change autant les humains que le vin (reste à savoir qui évolue le mieux entre les deux ?).


Ce vin m'a donné une vraie émotion de par la complexité de ses arômes de tabac blond, de cire d'abeille et de confiture de mûre. Les tanins sont d'une grande élégance et d'une finesse incroyable pour une syrah !


Alors surtout, n'oubliez pas, de temps en temps, d'oublier vos (belles) bouteilles en cave !


C'est parti pour...


La dégustation :


Commençons par les rouges !

(À la dégustation, découvrez aussi quelques vins de leur domaine dans le Languedoc)


AOC Coteaux-du-Languedoc 2015

Très juteux, plein de fruits rouges : en voilà un nez qui donne envie !

Si les tanins sont assez légers, la bouche présente une belle puissance associée à une amertume et de arômes de fraise et de framboise.


AOC Côte-Rôtie - Ampodium 2015

Avec son élevage de 22 mois, on sent une grande intensité en un nez très dense et concentré.

Ses beaux arômes de zan, de pruneau, de cassis et d'épices se retrouvent en bouche !

La bouche est charmeuse et veloutée au début puis s'intensifie avec des tanins serrés. La finale est assez courte.


AOC Côte-Rôtie - Ampodium 2013

Même vin sur un millésime différent.

Avec quelques années d'écart, ce sont les notes de poivre noir, d'épices et de violette qui prennent le dessus.

Tout de suite, de la mâche et de l'intensité. Le poivre est aussi présent en bouche associé à des notes plus douces de rose.

La finale n'en finit plus et garde beaucoup de mâche.


AOC Côte-Rôtie - La Landonne 2009 👍

Un grand millésime se retrouve dans la complexité des arômes ! Ici, décidément pas de doute possible : lorsque l'on met son museau au-dessus du verre, on découvre le tabac, la confiture de mûre et de jolies notes d'épices.

Les tanins sont d'une grande finesse, pas du tout asséchants, et on retrouve une belle fraîcheur en finale.


AOC Coteaux-du-Languedoc 2016

Il ne trahit pas les origines de son assemblage de grenache blanc et de vermentino. Il présente un profil très aromatique de pain toasté, de prune, de poire et de jasmin.

En bouche, il est souple, presque suave, et très agréable. À la finale, on retrouve les arômes de poire et de pain toasté.


AOC Condrieu 2017 👍

Un nez assez typique du cépage viognier : des notes de jasmin, de pêche rôtie et d'abricot sec. En bouche, on adore sa fraîcheur ! Habituellement, les Condrieu peuvent être un peu lourd mais ce n'est pas du tout le cas pour cette cuvée.

Souple : oui, mais avec une belle acidité qui vient équilibrer l'ensemble. La texture est très intéressante de par sa « mâche ». La finale est croquante, pleine de fruit et on adore !


Domaine Rostaing


#bougebouteille #blog #blogvin #vin #valléedurhône #rhonevallee #syrah #viognier #vinblanc #vinrouge #wine #whitewine #redwine #vivelavie #gastronomie #degustation #tasting #winery #vignoble #vigneron #winemaker #winecellars #caves

60 vues1 commentaire

Qui m'aime me suive :

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Faites-moi un coucou :

  • Lien facebook
  • Lien instagram
  • Lien Youtube