• Cyriane

Distillerie Metté - L’artisanat alsacien

Alsace ; Ribeauvillé.


Le meilleur moment quand tu te rends dans une distillerie, c’est quand on t’autorise à goûter une préparation « avant distillation » (comme de la macération de menthe par exemple) en y trempant ton doigt.

Ça fait le même effet que lorsqu’on goûte de la pâte à gâteau avant de l’avoir enfournée (MIAM MIAM) !



C’est aussi le meilleur moyen de comprendre que si ce que tu goûtes n’est pas bon, la distillation ne fera pas de miracles.

Ça, c’est la philosophie de la distillerie artisanale Metté : avoir de beaux produits de base pour en faire une belle eau-de-vie. C’est simple et limpide.


Pour que la magie opère, la distillerie utilise un alambic « à repasse ».

À repasse... Pas que votre linge sera défroissé après l’avoir mis à l’intérieur, mais plutôt que l’eau-de-vie va y faire un tour de manège : deux fois.

La préparation (fruitée, épicée ou végétale) ayant macéré dans de l’alcool ou ayant fermenté est mise dans l’alambic.


À 67° : BOUM !



L’alcool monte, refroidit, condense et redescend. L’eau, elle, stagne.

Les « têtes » et les « queues » ne seront pas utilisées en tant que tel pour l’eau-de-vie. De ce que recrache l’alambic, on ne gardera que le « cœur », le plus vrai, le plus pur : LE distillat.

Ici, les cuivres sont nettoyés à chaque passage même si c’est le même fruit. Si des morceaux se calent bien chaudement dans les joints, ils vont s’oxyder et le résultat sera… daubé.




J’ai d'abord eu la chance de rencontrer l’un des piliers de la maison Metté, Alex, employé depuis 1991. Lui, il connaît tout par cœur, t’impressionne alors qu’il t’explique son B-A-BA quotidien.

C'est ensuite Timothée Traber, le fils du filleul de Jean-Paul Metté, le fondateur (tu me suis ?), qui m’a présenté les lieux !


Ce qui est dingue est qu’ils produisent environ 25.000 bouteilles par an, mais qu’avant d’arriver jusqu’à nos lèvres, les eaux-de-vie maturent entre 6 et 15 ans !!! Ce qui veut dire qu’il y a de quoi faire au coin d’une petite rue charmante pleine de maisons alsaciennes colorées à colombage.



Il y a des cuves en plein cagnard parce que les changements de température libèrent les « mauvais alcools » (l’éthanol par exemple), il y a des fûts cachés quelque part et il y a des dames-jeannes sous un toit où il semble faire 1000°C !


Même si cela évolue sans cesse, toute cette base a été définie en 1960 par un enfant de vigneron qui passait du temps dans la distillerie d’un ami et qui s’en est passionné.

L’artisanat est devenu la CLEF de son produit. Il a mis de côté le travail des vignes familiales pour se consacrer à sa passion (on dirait un peu l’histoire de Billy Elliot) !





Aujourd’hui, j’ai eu un sacré coup de cœur pour trois produits : la classique et merveilleuse eau-de-vie de poire, le spiritueux de gingembre et le spiritueux d’ail (NON je n’ai pas fumé la moquette).


L’eau-de-vie de poire est la grande classique, la parfaite des fins de repas. Quand on la sent, on a l’impression d’ouvrir en deux une poire Williams bien juteuse et fraîche.

C’est incroyable.

Le spiritueux de gingembre est à associer avec un partenaire de choc : le tonic ! De quoi faire rougir Tom Cruise dans Cocktail ! Sinon, pour les gourmands, vous pouvez l’utiliser pour faire flamber des gambas !

Pour le spiritueux d’ail, même combat : « pschittez » en un peu sur votre viande avant de servir pour un effet waouh garanti !


Écrit par Cyriane, avec amour.



#bougebouteille #eaudevie #distillation #artisanat #jpmette #degustation

565 vues

Qui m'aime me suive :

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Faites-moi un coucou :

  • Lien facebook
  • Lien instagram
  • Lien Youtube