• Cyriane

Château des Bachelards - La biodynamie au service du Beaujolais

Beaujolais ; Fleurie.


Douterais-tu de la biodynamie en Beaujolais et particulièrement au château des Bachelards ?

Malheureux…




Car ce château est tenu par un personnage qui détonne et tu ne feras pas long feu.

Comtesse de titre et portant ses armoiries auvergnates du XIIème siècle en terres beaujolaises, elle est aujourd’hui vigneronne et ce, depuis 2014.

Alexandra de Vazeilles est le chaud et le froid, à l’image des saisons et des cycles naturels qu’elle défend.


Le nom du château où est produit son vin, « Bachelard », signifie « lieu de Dieu ».

Après tout, les anges se taillent leur part toute l’année, il faut bien qu’il en reste un peu pour le boss !

Ce nom-là n’est pas un hasard (non non non) puisqu’au XIIème siècle s’y trouvait des moines. L’abbaye fut brûlée lors de la Révolution (autour de 1789) et il se trouve qu’il reste une trace de cette histoire puisque l’un des murs est encore noir de fumée.

L’actuel château n’est en fait que la « ferme » de cet ancien lieu de culte.




Si Alexandra s’est installée ici, c’est moins pour le château que pour le merveilleux terroir granitique qui s’y rattache. Je n’oublie pas de préciser que le sublime cépage local, autant adoré que détesté, l’indétrônable gamay, fut aussi l’une des raisons de son installation.

Elle récupère alors des vignes certifiées bio depuis 2007 et pousse le bouchon (beau jeu de mot) encore plus loin en imposant la biodynamie.


Alors qu’elle présentait son chai, son dynamiseur et ses foudres, son mari passe. En plaisantant elle lance « cela aurait pu être mon amant » !

Certes… En même temps, elle produit des vins sur l’appellation la plus romantique qu’il soit « Saint-Amour ». Alors maris ou amants, qu’importe s’il y a l’ivresse.



Ce qui est intéressant par contre, c’est de savoir que TOUS les vins sont produits à partir de levures indigènes et que la macération carbonique (technique souvent rattachée au Beaujolais Nouveau) est proscrite.

Ici l’élevage est long (2 ans), la patience est de mise car on produit de grands vins de garde. Les fermentations alcooliques et malolactiques se font naturellement, sans pression.

Dans la gamme du château, il y a les « rugbymen » puissants et corsés mais aussi les « danseuses étoiles » élégantes et soyeuses.



J’avoue avoir préféré la finesse de la danseuse : l’AOC Fleurie en 2016. Ses tanins veloutés, ses arômes de violette et de chocolat sont à tomber par terre.

À apprécier sur la jeunesse avec une belle terrine de foie de volaille à l’estragon.


C’est parti pour…


La dégustation :


AOC Saint-Amour 2016

Le fameux rugbyman ! De belles notes de mûres, de cerise noire, de poivre et de sauge composent le premier nez. La bouche est vive, croquante, juteuse et très intense. Les tanins apportent une jolie pointe d’amertume.

À déguster avec un tartare de bœuf !


AOC Fleurie 2016 👍

La danseuse. À tomber ! Le nez sent bon le raisin frais, les fleurs séchées et le chocolat. La texture est soyeuse, élégante et fine.


AOC Fleurie - Le Clos 2016

Tête de cuvée, il est le plus complexe et intense de la gamme. Il y a de la mâche, de l’élégance, du croquant et du soyeux. À attendre impérativement.


Écrit par Cyriane, avec amour.



#bougebouteille #blogvin #beaujolais #dégustation #gamay #chateaudesbachelards

arrièreplan.png

QUI M'AIME ME SUIVE :

FAITES-MOI UN COUCOU :

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Lien facebook
  • Lien instagram
  • Lien Youtube